Réduction progressive de l’amalgame dentaire

Adopted by the FDI General Assembly September, 2018 in Buenos Aires, Argentina
Download PDF

Contexte

Le mercure est un polluant environnemental largement répandu et, sous certaines formes, une menace pour les écosystèmes. L’amalgame dentaire est un matériau d’obturation cliniquement éprouvé et efficace, mais dont l’utilisation constitue l’une des sources de pollution au mercure, même si son impact est mineur. Toutefois, la profession dentaire reconnaît le besoin d’accélérer la réduction de l’utilisation du mercure, et des amalgames dentaires, et la gestion sûre des déchets de mercure. Le renforcement de la prévention des caries ainsi que la recherche et le développement continus de nouveaux matériaux de restauration dentaire présentant une qualité, une sécurité, une longévité et une adhérence supérieures sont propices à la réduction progressive de l’utilisation d’amalgames dentaires.

Périmètre

En 2013, la Convention de Minamata sur le mercure a été adoptée en faveur de la réduction progressive de l’utilisation d’amalgames dentaires dans les traitements restaurateurs. Entrée en vigueur en 2017, elle requiert une planification et une action stratégiques pour réduire le besoin d’utiliser des amalgames dentaires dans les traitements restaurateurs. L’accent est également mis sur le renforcement des programmes d’études dentaires en faveur de la prévention et de l’enseignement d’autres techniques et matériaux de restauration, y compris l’approche d’intervention minimale, le cas échéant.

Définitions

  • Convention de Minamata sur le mercure ​: traité international visant à protéger la santé humaine et l’environnement contre les effets néfastes du mercure.
  • Réduction progressive de l’amalgame dentaire ​: tâche visant à réduire l’utilisation d’amalgames dentaires en renforçant la prévention, la promotion de la santé et la recherche sur des matériaux et des techniques de restauration avancés permettant de maintenir ou d’améliorer des performances cliniques adaptées.

Principes

La FDI et ses partenaires (principalement les associations dentaires nationales) soutiennent l’Organisation Mondiale de la Santé dans le cadre de la réduction progressive de l’utilisation d’amalgames dentaires en mettant davantage l’accent sur la prévention et la recherche relatives aux options de traitement alternatif. Les traitements dentaires devraient garantir que les matériaux de restauration continuent d’être utilisés de façon sûre et efficace pour le patient, tout en respectant l’environnement.

Déclaration

La FDI soutient la réduction progressive de l’utilisation d’amalgames dentaires en mettant davantage l’accent sur la prévention et la recherche. Ces mesures doivent être accompagnées d’un enseignement adapté sur d’autres techniques et matériaux de restauration, dans les universités et les programmes de formation continue.

Toutes les décisions en lien avec le traitement doivent s’appuyer sur les meilleures preuves scientifiques disponibles, les meilleurs intérêts du patient et le meilleur jugement clinique de la part du praticien tout en tenant compte de l’intégrité de l’environnement.

La FDI promeut les pratiques ci-dessous visant à réduire progressivement l’utilisation d’amalgames dentaires :

  • mettre davantage l’accent sur la prévention des maladies et la promotion de la santé ;
  • renforcer la recherche et le développement de matériaux de qualité sans mercure pour les restaurations dentaires, en tenant compte du possible impact environnemental ;
  • promouvoir les meilleures pratiques de gestion environnementale des déchets de mercure, y compris en capsule ;
  • réduire et, si possible, éviter l’utilisation d’amalgames, notamment dans les cas suivants :
    • lésions adaptées à d’autres matériaux de restauration, notamment pour le premier traitement de restauration et chez les jeunes patients ;
    • patients présentant des conditions médicales spéciales, telles qu’une néphropathie sévère, ou des réactions allergiques de contact à l’amalgame ou des lésions lichénoïdes (érosives) de la muqueuse buccale.
     

    L’exception étant lorsque l’utilisation d’amalgames dentaires est jugée nécessaire par le chirurgien-dentiste en fonction des besoins spécifiques du patient.

Cette politique peut être mise en place différemment selon les pays.

Avertissement

Les informations contenues dans cette déclaration de principe se fondent sur les meilleures preuves scientifiques actuellement disponibles. Elles peuvent être interprétées pour tenir compte des sensibilités culturelles et des contraintes socioéconomiques prévalentes.

Références

  1. Minamata Convention on Mercury. Geneva, United Nations Environment Programme, 2013. Available from: http://www.mercuryconvention.org/Convention. Accessed 24 July 2018.
  2. Regulation (EU) 2017/852 of the European Parliament and of the Council of 17 May 2017 on mercury, and repealing Regulation (EC) No 1102/2008. Official Journal of the European Union 2017. Available from: http://eur-lex.europa.eu/legal-content/EN/TXT/PDF/?uri=CELEX:32017R0852&from=EN. Accessed 24 July 2018.
  3. Opinion on the safety of dental amalgam and alternative dental restoration materials for patients and users. Scientific Committee on Emerging and Newly Identified Health Risks (SCENIHR) of the European Commission 2015. Available from: https://ec.europa.eu/health/scientific_committees/emerging/docs/scenihr_o_046.pdf. Accessed on 24 July.
Science Committee

Share it