L’hypersensibilité dentinaire

Adopted by the FDI General Assembly September, 2009 in Singapore, Singapore
Download PDF

Introduction

L’hypersensibilité dentinaire est caractérisée par une vive douleur de courte durée causée par la dentine exposée habituellement dans la zone cervicale de la dent en réponse à stimuli (typiquement thermiques, évaporatifs, tactiles, osmotiques ou chimiques), mais qui ne peut être imputable à aucune autre forme d’anomalie dentaire, de maladie ou de traitement restaurateur. C’est un problème clinique couramment rencontré, mais fréquemment méconnu. Il survient chez de nombreux adultes à différents niveaux de fréquence, de 3 à 57 %, à cause des différentes populations étudiées et des méthodes d’investigation utilisées. En général, les patients avec une parodontite ont une prévalence relativement plus élevée d’hypersensibilité dentinaire, probablement à cause du risque plus élevé et de l’importance de l’exposition de la racine à la suite de la destruction parodontale. Au cours de ces dernières années, un nombre croissant d’adultes plus jeunes présente ce problème délétère, probablement à la suite d’une exposition à certains facteurs de prédisposition, notamment les régimes alimentaires producteurs d’acides, un brossage traumatique, des habitudes personnelles et l’utilisation inappropriée de produits d’éclaircissement dentaire. Un nombre croissant de patients recherche des soins professionnels pour traiter ce problème.

L’exposition aux tubules dentinaires ouverts due à la perte de l’émail et/ou à une récession gingivale ou aux deux, avec ensuite une perte du cément et/ou de dentine est considérée comme la principale cause de l’hypersensibilité dentinaire, selon la théorie hydrodynamique. Sur un certain temps, il peut y avoir un processus naturel pour oblitérer les tubules ouverts grâce à des cristaux de calcification. Par ailleurs, elle est souvent associée à d’autres affections, telles que l’érosion, l’abrasion, l’attrition, l’abfraction, le bruxisme, les affections génétiques et les maladies parodontales.

La FDI reconnaît que :

  • Comprendre les facteurs étiologiques/de prédisposition et poser un diagnostic approprié sont des éléments essentiels pour un traitement efficace de l’hypersensibilité dentinaire.
  • Il n’existe actuellement que des preuves inadéquates pour établir des directives spécifiques du traitement de l’hypersensibilité dentinaire.
  • Il existe une vaste gamme d’options de traitements qui ciblent la modification ou le blocage de la réaction pulpaire au nerf et/ou l’altération du flux du fluide dans les tubules dentaires et empêchent ainsi une réaction du nerf pulpaire.
  • Après avoir identifié les facteurs de prédisposition et posé un diagnostic approprié, l’hypersensibilité dentinaire peut être traitée par des membres de l’équipe de soins bucco-dentaires et par les patients chez eux, selon les cas.
  • D’ordinaire, il faut traiter les facteurs de prédisposition pertinents et renforcer les mesures de prévention appropriées. On commence par des traitements les moins invasifs (par ex. l’utilisation de dentifrices et d’agents de désensibilisation) et, si nécessaire, les chirurgiens-dentistes peuvent assurer ensuite des traitements invasifs.
  • Une recherche pluridisciplinaire plus approfondie de l’hypersensibilité dentinaire est souhaitable.

Références

  • Canadian Advisory Board on Dentin Hypersensitivity. Consensus-based recommendations for the diagnosis and management of dentin hypersensitivity. J Can Dent Assoc 2003; 69:221-226.
  • Orchardson R, Gillam DG. Managing dentin hypersensitivity. JADA 2006; 137:990-998.
  • Drisko C. Oral hygiene and periodontal considerations in preventing and managing dentine hypersensitivity. Int Dent J 2007; 57:399-410.
  • West NX. The dentin hypersensitivity patient – a total management package. Int Dent J 2007; 57:411-419.
Science Committee

Share it