La spécialisation en odontologie

Adopted by the FDI General Assembly October, 2012 in Vienna, Austria
Download PDF March, 2007
Ferney-Voltaire
France

Préambule

Il est habituel pour chaque praticien au sein de la profession dentaire de rechercher et d’acquérir une formation et une expérience certifiée, ainsi que des compétences centrées sur des éléments précis. Ce phénomène provient des exigences requises du praticien par les populations qu’il sert et également des techniques et aptitudes uniques de chaque praticien. Par conséquent, comme c’est le cas pour d’autres professions de santé, la spécialisation en odontologie s’est manifestée comme un processus d’évolution naturelle à travers plusieurs disciplines de la profession dentaire.

La transition vers la spécialisation dans tous les domaines de soins offre souvent à la profession qui se développe des préoccupations et des problèmes prenants. Apporter des solutions créatives à ces préoccupations renforce l’intégrité et la cohésion de la profession aussi longtemps que le bien-être des patients reste son axe central.

La FDI reconnaît qu’il existe de vastes différences entre les différents pays sur la manière d’aborder la spécialisation dentaire. La raison peut en être les réglementations, législation, histoire, démographies ou culture différentes et c’est pourquoi il faut considérer la Déclaration de la FDI concernant la spécialisation en odontologie comme un aperçu des principes directeurs de reconnaissance des spécialités dentaires.

Définition de la spécialisation dentaire

La spécialisation en odontologie est l’acquisition formelle, le maintien permanent et l’amélioration continue de connaissances approfondies et de compétences fondées sur l’expérience par un chirurgien-dentiste dans une discipline spécifique de l’odontologie (spécialité).

Les principes généraux d’une spécialisation

  1. La création d’une spécialité dentaire doit être fondée sur un besoin avéré de santé publique. Lorsqu’on crée une spécialité dentaire pour assurer des soins en réponse à un besoin de santé publique avérée, le nouveau titre doit garantir que la portée d’une spécialité n’est pas subsumée par une autre. Une spécialité dentaire ne peut être créée que par la profession dentaire.
  2. Le processus menant à la création et à la reconnaissance d’une spécialité dentaire doit être une activité clairement définie et sanctionnée par la loi. Il est préférable d’élaborer le processus de reconnaissance après une collaboration approfondie entre les organes professionnels, éducatifs et réglementaires.
  3. Les spécialités dentaires (comme pour l’odontologie en général) doivent être réglementées par le truchement d’une autorité professionnelle, légale ou statutaire.
  4. Afin d’être publiquement reconnu par un titre de spécialité dentaire spécifique, chaque chirurgien-dentiste doit acquérir les connaissances requises et les compétences fondées sur l’expérience grâce à un programme universitaire formel, une formation et une expérience définis par une personne possédant un diplôme d’enseignement supérieur dans cette spécialité.
  5. Les relations entre spécialistes dentaires, omnipraticiens dentaires et autres prestataires de santé bucco-dentaire doivent encourager de manière harmonieuse et en collaboration une acquisition interactive des connaissances, ainsi que les meilleurs soins possibles pour les patients qu’ils servent collectivement. La création de spécialités ne doit pas enlever au chirurgien-dentiste omnipraticien de droit d’exercer l’ensemble des disciplines propres à la profession.
Dental Practice Committee

Share it